• L'eau


    Vos plantes carnivores devront impérativement être arrosées avec de l'eau de pluie car elle ne cotient pas de calcaire et d'éléments nocif pour vos plantes.
    Equipez-vous d'un récupératuer d'eau de pluie et veillant a nettoyer au préalable votre toiture sans produit chimique ou autre. Accordez le tout à la goutière et le tours et joué pour 25€ vous aurez un bon stock deau de pluie.

    Attention à stocker vos cuve à l'abri du plein soleil et de la chaleur pour éviter la prolifération d'algues.
    Les plantes carnivores préfèrent en effet une eau fraîche, surtout le Darligtonia californica qui nécessite beaucoup de fraîcheur au niveau des racines.




    Récuperateur d'eau de pluie (Leroy-Merlin; 29€, 300L)


    Au printemps :
    Dès la fin des gelées vos plantes vont sortir de leur hivernacle en repoussant.
    C'est à ce moment là qu'il faudra arroser! Préférez l'arrosage par capillarité.
    Le pot doit en permanence baigner dans l'eau aux beaux jours.
    A l'état naturel après de forte pluie quand les tourbière sont immondées les plantes peuvent être immergées. Maintenez le niveau d'eau au quart du pot.
    Attention il vous faudra assurée ce niveau pendant toute la saison alors penssez à faire des réserve en eau de pluie notamnent avec les recupérateur.
    Cette technique vous évite en outre une surveillance et un arrosage quotidiens en été dès que la température dépasse 25°C.

     

    En hiver :

    En hiver, suprimez tout arrosage par immersion, mais procédez à un arrosage classique pour maintenir le substrat humide.
    Il n'y a pas de souci avec le feuillage mouillé car il est réduit au niveau du substrat, voire inexistant en hiver selon les espèces.
    Si vos plantes sont dehors, arrosez-les au moment où la température est la plus élevée entre midi et 15 heures.

    Les arrosages sont très différents celon les espèces.
    Le Nepenthes ne doit jamais avoir les racines dans l'eau en permanence, mais doit avoir cependant le substrat toujours humide.
    Cultivez-le donc en épiphyte, ou tout au moins sans cache-pot.
    Comme l'Heliamphora, elle apprécie les brumisations en été pour faire baisser la température mais aussi comme arrosage d'appoint.
    En outre, Drosera et Pinguicula ne doivent pas être arrosés par aspersion car cela abîme leur mucilage. Pour le pots non pourvus d'un orifice d'évacuation ou pour les terrariums, il suffit d'introduire un tube percé sur toute la hauteur du substrat.
    On remplit ce tube, le niveau d'eau à l'intérieur indiquant celui dans le substrat.

    Isabelle Goujon, productrice, conseille la technique suivante :
    << Pendant la période de végétation (mai à octobre) je maintiens le niveau très haut, juste en dessous de la surface. Mes plantes étant dehors et soumises au mistral, elles évaporent beaucoups ; je refais le niveau tous les 3 jours. Pendant la période de repos (novembre à avril), je veille à ce que la tourbe reste bien humide, mais je ne laisse pas d'eau stagner dans le fond. >>.

    Le choix du contenant

    Les pots en plastiques présentent l'avantage de ne pas se dégrader et de ne pas polluer le substrat même s'ils peuvent se rompre sous l'effet du temps.
    Ils ne pompent pas l'humidité et la conservent à disposition des plantes, et surtout ils absorbent moins la chaleur en été!(sauf pour les pots noir).
    Ils ont souvent de multiples trous à la base, ce qui facilite l'arrosage par capillarité d'une part, mais aussi le drainage en hiver d'autre part.
    Les pots en terre cuite présentent le défaut de capter les sels minéraux de l'eau d'arrosage qui se dépose en traces blanches sur la surface du pot.
    Ces sels font pourrir la tourbe du compost et risquent également d'entraîner la mort des plantes carnivores qui ne supportent pas cette concentration d'engrais et de calcaire.
    Veillez enfin à n'utiliser que des pots dont le fond est percé pour permettre l'arrosage par trempage.
    Ces derniers doivent être plus profond que larges. Sachez aussi qu'une profondeur effective de substrat de 25 à 30 cm est un minimum pour assurer une bonne croissance à vos plantes carnivores.
    Attention à ne pas négliger la largeur du contenant, car certains genre comme Sarracenia, Dionaea, forment des touffes qui doivent pouvoir s'étaler.
    Les carnivores épiphytes ainsi que tous les nepenthes gagnent enfin à être cultivés en suspension pour pouvoir développer facilement leurs urnes.
    Les pots carrés font une economie de place dans les bacs de reserve d'eau.


     

    Le rempotage

    Il n'y a pas d'urgence à rempoter tous les ans, sauf dans deux circonstances ; lorsque les racines de votre plante s'échappent par les trous de drainage lorsque vous arrosez avec de l'eau chlorée et/ou calcaire du robinet.
    Ne pas hésiter à rempoter les Sarracenias lorsque leurs urnes apparaissent fines et effilées.
    Une plante carnivore peut alors demeurer dans son substrat deux, trois, voire quatre ans et d'autant plus dans un grand pot et arrosée avec une bonne eau de pluie.
    Seule la Sarracenia exige d'être rempoter tout les deux ans.
    La meilleur période pour rempoter est le printemps, lors des premiers signes de reprise de végétation, généralement en mars ou avril, vous en profiterais pour diviser les pieds si vous le désirez.
    Evitez le plein soleil à toute carnivore fraîchement rempotée durant au moins un mois.
    Le Nepenthes, plante tropicale, préfère cependant la période de températures croissantes, c'est-à-dire au coeur du printemps.

     

    Préparer la plante avant l'hiver

    Les feuilles-pièges des plantes carnivores sèchent avant l'hiver.
    Il vaut mieux les supprimer pour éviter qu'elles ne servent de repère à des maladies.
    Pour les tourbière extérieures, par contre, vous avez tout interêt à conserver ce feuillage sec qui protègera la souche des rigueurs du froid.
    Vous pourrez le supprimer alors à la reprise de végétation au printemps.
    Au printemps justement, dès les premiers signes de reprise de végétation, suprimez les feuilles, pièges et autres parties de la plante carnivore qui ont séché ou se sont abîmés pendant la periode hivernale.
    Quand au Nepenthes, s'il ne s'agit pas de les nettoyer, il faut pincer la tige principale, souvent vigoureuse, pour favoriser le départ de nouvelles tiges depuis la base, et donc multiplier le nombre d'urnes potentielles.

     

    Maladies et parasites

     

    Cette fiche est consacrée aux maladies qui touchent les plantes carnivores. Même avec de très bonnes conditions de culture, une maladie peut apparaître.

    Sachez que pour éviter le maximum de maladies cryptogamiques (= maladies dues à des champignons), il faut essayer de ne pas confiner vos plantes carnivores. Essayez de les placer à l'extérieur pendant les belles journées d'été ou au printemps.



    Les points à détecter :



    Taille du pot

    Il faut toujours un pot plus grand que la plante, pour le développement des racines. Toujours rempoter votre plante dès l'achat.


    Croissance ralentie

    Manque de lumière et/ou pot trop petit.


    Malformations

    Ceci est dû à des attaques de pucerons.

    Traitement : Utilisation d'un insecticide


    Décoloration de la plante

    Manque de lumière et/ou excès d'engrais et/ou substrat trop riche en sels minéraux.


    Profusion de mousse

    Il s'agit d'un phénomène normal. Cependant, si la quantité de mousse devient importante il est préférable de rempoter la plante.


    Traces blanches sur le substrat

    L'observation de "cailloux" blancs ou orange de quelques millimètres, à la surface du substrat, est le symptôme le plus classique d'une mauvaise qualité de l'eau d'arrosage (trop de sels minéraux). Solution : Prendre de l'eau de pluie.




    Les maladies cryptogamiques :



    Les botrytis

    Sévissant en toutes saisons, ils peuvent attaquer toutes les parties aériennes. Ces dernières se couvrent d'un duvet gris par forte humidité, ou de petits corps noirs et durs en ambiance sèche.

    Traitement : Très difficile de stopper totalement ! Au printemps et à l'automne, vaporisez les fongicides sur le feuillage.



    La fumagine

    Dépôt noir sur les feuilles et les tiges. Ils apparaissent sur les matières sucrées de la plante (nectar ...) ou le plus souvent excrétées par les insectes piqueurs. Cette maladie peu grave a pour seul effet de limiter la fonction chlorophyllienne des feuilles.

    Traitement : Avec un coton humide ...



    L'oïdium

    L'apparition de taches blanches est un des principaux symptômes. Les genres Cephalotus, Darlingtonia, Utricularia sont très souvent contaminés.

    Traitement : Utilisation en vaporisation sur le feuillage à base de bupirimate.



    Le phytophthora et le pythium

    Les parties supérieures de la plante pourrissent, et celle-ci se ramollit et se dessèche rapidement.

    Traitement : Utilisation d'un fongicide à base de fosetyl.

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique