• Voici ma liste de culture

    Darlingtonia

    Darlingtonia californica

    Céphalotus

    Céphalotus follicularis

    Drosera

    Drosera adelae
    Drosera aliciae
    Drosera ascendens
    Drosera anglica
    Drosera binata
    Drosera binata 'Multifida'
    Drosera capensis
    Drosera ericksoniae x pulchella
    Drosera filiformis
    Drosera intermedia
    Drosera madagascariensis
    Drosera montana
    Drosera rotundifolia
    Drosera spatulata f. lovelae
    Drosera scorpioïdes
    Drosera venusta

    Dioneae

    Dioneae muscipula
    Dioneae muscipula 'akai ryu'
    Dioneae muscipula 'sawtooth'
    Dioneae muscipula
    'Bohemian Garnet'
    Dioneae muscipula 'big mounth'
    Dioneae muscipula 'all green'

    Heliamphora

    Heliamphora heterodoxa

    Pinguicula

    Pinguicula grandiflora
    Pinguicula X tina

    Sarracenia

    Sarracenia aérolata
    Sarracenia alata
    Sarracenia 'excellens'
    Sarracenia minor
    Sarracenia purpurea ssp venosa
    Sarracenia rubra ssp
    Sarracenia flava
    Sarracenia psittacina
    Sarracenia paradisia
    Sarracenia 'Juthatip Soper'
    Sarracenia stevensii
    Sarracenia swaniana

    Népenthès

    Nepenthes 'Ventrata'

    Utricularia

    Utricularia livida 'f.Mexico'
    Utricularia sandersonii
    Utricularia tricolor
    Utricularia minutissima
    Utricularia uliginosa
    Utricularia sp.Gunung Tahan
    Utricularia blanchettii
    Utricularia lateriflora
    Utricularia dichotoma

     


    votre commentaire
  • Multiplications

    SEMIS

    C'est le moyen le plus simple pour reproduire de façon efficace les drosophyllum, et les droseras.

    Prélevez la hampe florale quand elle est à maturiter c'est-à-dire quand elle est fanée et noircie.
    Tapoter la hampe florale au dessus d'une feuille de papier afin de faire tomber les graines, attention celles-ci sont extrément petites, semez au printemps dans un substrat composé de 2/3 Tourbe blonde 1/3 Sable de loire, et sous atmosphère saturée d'humidité, c'est-à-dire dans une miniserre, sous cloche, ou simplement sous une vitre posée sur la terrine.
    Placez les graines sur le substrat sans les recouvrir, la levée pour les droseras s'effectue en 2-3 semaines environ
    repiquez 2-3 mois plus tard.
    Les graines peuvent se conserver dans une boîte hermetique placer dans le bac à légume du frigo.

    La germination de la Droshophyllum demande plusieurs mois en raison de la dureté de l'enveloppe de la graine ou quelques semaines si on incise chaque graines avant  semis avec une lame de rasoir.
    Les graines de Sarracenia et de Drosera de zone froide et de Dionaea se sèment en novembre dans une terrine.

    Le bouturage de racines

     

    Si Drosera binata se reproduit facilement de cette manière, vous pouvez aussi bouturer la racine des espèces à système radiculaire fin, de type D.capensis, D. regia, ou Céphalotus.

    Lors du rempotage de printemps sectionner destronçons de racines noires de 3 à 5cm de long (voire 10cm de long pour certaines) et plaquez-les sur le subtrat détempré composé de 70% Tourbe blonde 30% Sable de Loire. Les plantules apparaître de 2 semaines à 2 mois donc soyez patient !

    Le bouturage de feuilles

    Le Pinguicula, la Dionaea, le Céphalotus, et les Droseras se multiplient par bouture de feuilles.

    Prélevez une feuilles sur une plante adulte, en la détachant le plus près possible de son point d'insertion. Posez les feuilles à plat sur la sphaigne humide, en glissant la base de la bouture dans la mousse.
    Les plantules apparîtront au bout d'un mois environ.
    L'hormone de bouturage est facultatif.

    La division

     

    Dionaea, Sarracenia, Darlingtonia, Catopsis, Heliamphora, Utricularia, et autres Drosera pygmée peuvent aussi être divisés par souches.

    Au printemps avec des sujets vigoureux et agés, séparez les pieds qui seront entremélés en faisant très attention à ne pas casser de racines.
    Les rejets seront rempotés, dans des pots individuel, qui à leur tour, une fois adulte pourront être divisés.


    votre commentaire
  • Les différents composants


    Les plantes carnivores ont besoin d'un substrat approprié à leur besoin, le choix des différentes éléments qui composeront votre sol est primordiale, suivant les espèces la structure du sol (la façon dont sont assemblé les éléments) sera différente.

    La tourbe blonde


    La tourbe est un produit fossile résultat de la décomposition de mousses (sphaignes) et d'herbes coupantes (carex) dans un milieu saturé en eau. Ce processus est extrêmement long puisqu'il ne faut pas moins de 1000 à 2500 ans pour que cette transformation s'opère.

    C'est pour cette raison qu'une tourbière ne s'épaissit que de un à deux millimètres par an.

    La tourbe blonde A base de mousses du genre Sphagnum (sphaignes), légère, aérée, fibreuse, est un matériau jeune qui constitue les couches superficielles de la tourbière. Elle est appréciée pour sa capacité à retenir plus de 300% de son volume en eau ainsi que pour son PH < 4.

    Le sable de Loire


    Un bon substrat doit être très drainant, le sable de Loire est bien pour cela. Il ne faut toutefois pas prendre n'importe quoi : le sable trop fin aura tendance à "faire du ciment", on parle donc ici de sable grossier.
    Les grains doivent faire de 1 à 5 mm environ, calibrés ou mélangés. Pour les petites quantités, vous en trouverez de très bien dans les rayons d'aquariophilie : le sable est calibré, nettoyé, et très joli (disponible en plusieurs coloris, dont le naturel). Inconvénient de taille : le prix !

    Là aussi on peut avoir des matériaux très variables. En France, je connais deux sables de rivières vendus pour l'aquariophilie, le sable de Loire et le sable de Moselle.

    La sphaigne


    La sphaigne à un caractère acide très marqué, ainsi que la possibilité de servir de réserve nutritive.
    Mais ce qui est très important c'est que la sphaigne à une capacité de rétention en eau très importante, la sphaigne empêche également le développement de champignons ou moisissures diverses.

    C'est la matière de base ou pousse les plantes carnivores, la sphaigne fournit l'acidité et une protection contre les attaques fongiques.

    La pousse de certaines plantes carnivores (sarracenias) semble plus rapide dans de la sphaigne pure et l'entretien est très facile.
    Il est aussi à noter qu'elles pourrissent facilement si elles sont soumises à de fortes chaleurs (pot surchauffé). Attention, ça peut être mortel pour vos plantes.

    On peut l'utiliser pure ou mélanger avec de la tourbe blonde et du sable de Loire.

    Pouzzolane


    Ce sont des roches légères et très poreuses donc utiles pour drainer et aérer le substrat tout en retenant bien la tourbe. Le milieu où elles ont été prélevées a son importance, du fait de leur porosité elles peuvent contenir de nombreux éléments. Même bien lavées il restera toujours des impuretés, il vaut donc mieux qu'elles proviennent de milieux acides, les volcans d'Auvergne par exemple

    La perlite


    Ce matériau est très pratique pour alléger un substrat, et a une bonne tenue au temps. Sa couleur très blanche est un peu criarde lors de sa première utilisation, mais après 1 ou 2 arrosage il n'y paraîtra plus.
    Il est tellement léger qu'il a tendance à flotter, et après un arrosage par le dessus il peut "coller" aux plantes, on pourra utiliser un surfaçage pour éviter ce léger désagrément (qui n'est vraiment gênant que pour les semis ou les très petites plantes). Il existe 2 calibres, prendre le plus gros (3 à 4 mm) pour les plantes adultes.

    La vermiculite

    Ce matériau est très bien pour alléger un substrat, pour lui donner une consistance moins compacte. Il vieillit néanmoins assez rapidement et se tasse, il sera donc avantageusement utilisé pour des plantes souvent rempotées.

    Argile expansée (argex)


    L'argile est utilisé comme absorbant afin de limiter l'évaporation dans les bacs d'eau mais aussi au fond des pots comme matériau drainant.

    Sa forte granulosité habituelle (1 cm de diamètre) en restreint l'utilisation soit au fond des pots, soit dans les bacs d'eau comme absorbant afin de limiter l'évaporation.
    En effet, l'argile est très utiles pour les substrats drainants dans lesquels il est difficile de fixer la tourbe. L'argile va "coller" les graviers une fois mouillée, ce qui donne un substrat plus stable. Il y a ainsi moins de risques de déracinement ou autres accidents qui pourraient endommager les racines. Je l'utilise pour les droseras pygmées et les sarracenias.

    Ce matériau est plutôt neutre du point de vue PH et se désagrège peu.

     

    Mélange

    Heliamphora

    - 100% de sphagnum pur (atention la sphaigne pour moisir en profondeur sans que cela ne soir visible en surface un rempotage annuel est necessaire pour ce mélange)
    - 50% tourbe et 50%: soit sable de quartz, soit vermiculite, soit perlite.

    Ibicella lutea

    70% de terre de jardin 30% terreau ;50%de terre de jardin, 20% de terreau et 30% de sable grossier ;100%substrat pour semis vendu dans le commerce... enfin bref, y'en a plein, elle se plaît partout ou y'a de la terre de jardin avec du terreau .

    Drosera tropicale

    60% tourbe blonde, 30% de sable, 10%vermiculite

    Drosera tempéré

    70% tourbe blonde, 30% sable de Loire

    Drosera pygmée

    50% de sable de Loire, 50% de tourbe blonde

    Drosera anuelle

    70 % de tourbe blonde, 10 % de sable, 10 % de perlite, 10 % de vermiculite.

    Népenthes

    100% de sphaigne vivante, ou un mélange de tourbe, fibres de coco, écorces de pin, sable.

    Mimosa pudica

    mélange sable / tourbe / terreau

    Pinguicula Primuliflora

    50 % de tourbe blonde, 50% de sable de loire avec si possible un surfaçage de sphaigne vivante .

    Pinguicula Mexicaines

    Une dose de tourbe blonde  tamisée, une dose de litiere pour chat, une dose de vermiculite, une dose de perlite, une dose de gros sable.

    Sarracenia

    80% tourbe blonde 20% sablede loire

    Drosophyllum lusitanicum

    50% de tourbe, 50 % de sable grossier

    Darlingtonia californica

    - 70 % de tourbe blonde, 30 % de sable.

    - ou 70% de tourbe blonde, 20% de sable, 10% de vermiculite. Ajoutez une fine couche de sphaigne vivante sur le dessus du sol.

    - ou simplement 100 % de tourbe.

    Utricularia livida

    70 % de tourbe blonde, 30% de sable de Loire

    Cephalotus follicularis

    50% tourbe blonde 50%soit: la perlite, la vermiculite, le sable de Loire.

    Dionée

    - 60%de tourbe blonde 20% de vermiculite 20% de sable de Loire
    - 70 % de tourbe + 30 % de sable de Loire, le tout bien mélangé

    Il est important de mettre un surffacage de sphaigne, vivante de préference, pour vos plantes à part les drosera pygmée.


    1 commentaire

  • L'eau


    Vos plantes carnivores devront impérativement être arrosées avec de l'eau de pluie car elle ne cotient pas de calcaire et d'éléments nocif pour vos plantes.
    Equipez-vous d'un récupératuer d'eau de pluie et veillant a nettoyer au préalable votre toiture sans produit chimique ou autre. Accordez le tout à la goutière et le tours et joué pour 25€ vous aurez un bon stock deau de pluie.

    Attention à stocker vos cuve à l'abri du plein soleil et de la chaleur pour éviter la prolifération d'algues.
    Les plantes carnivores préfèrent en effet une eau fraîche, surtout le Darligtonia californica qui nécessite beaucoup de fraîcheur au niveau des racines.




    Récuperateur d'eau de pluie (Leroy-Merlin; 29€, 300L)


    Au printemps :
    Dès la fin des gelées vos plantes vont sortir de leur hivernacle en repoussant.
    C'est à ce moment là qu'il faudra arroser! Préférez l'arrosage par capillarité.
    Le pot doit en permanence baigner dans l'eau aux beaux jours.
    A l'état naturel après de forte pluie quand les tourbière sont immondées les plantes peuvent être immergées. Maintenez le niveau d'eau au quart du pot.
    Attention il vous faudra assurée ce niveau pendant toute la saison alors penssez à faire des réserve en eau de pluie notamnent avec les recupérateur.
    Cette technique vous évite en outre une surveillance et un arrosage quotidiens en été dès que la température dépasse 25°C.

     

    En hiver :

    En hiver, suprimez tout arrosage par immersion, mais procédez à un arrosage classique pour maintenir le substrat humide.
    Il n'y a pas de souci avec le feuillage mouillé car il est réduit au niveau du substrat, voire inexistant en hiver selon les espèces.
    Si vos plantes sont dehors, arrosez-les au moment où la température est la plus élevée entre midi et 15 heures.

    Les arrosages sont très différents celon les espèces.
    Le Nepenthes ne doit jamais avoir les racines dans l'eau en permanence, mais doit avoir cependant le substrat toujours humide.
    Cultivez-le donc en épiphyte, ou tout au moins sans cache-pot.
    Comme l'Heliamphora, elle apprécie les brumisations en été pour faire baisser la température mais aussi comme arrosage d'appoint.
    En outre, Drosera et Pinguicula ne doivent pas être arrosés par aspersion car cela abîme leur mucilage. Pour le pots non pourvus d'un orifice d'évacuation ou pour les terrariums, il suffit d'introduire un tube percé sur toute la hauteur du substrat.
    On remplit ce tube, le niveau d'eau à l'intérieur indiquant celui dans le substrat.

    Isabelle Goujon, productrice, conseille la technique suivante :
    << Pendant la période de végétation (mai à octobre) je maintiens le niveau très haut, juste en dessous de la surface. Mes plantes étant dehors et soumises au mistral, elles évaporent beaucoups ; je refais le niveau tous les 3 jours. Pendant la période de repos (novembre à avril), je veille à ce que la tourbe reste bien humide, mais je ne laisse pas d'eau stagner dans le fond. >>.

    Le choix du contenant

    Les pots en plastiques présentent l'avantage de ne pas se dégrader et de ne pas polluer le substrat même s'ils peuvent se rompre sous l'effet du temps.
    Ils ne pompent pas l'humidité et la conservent à disposition des plantes, et surtout ils absorbent moins la chaleur en été!(sauf pour les pots noir).
    Ils ont souvent de multiples trous à la base, ce qui facilite l'arrosage par capillarité d'une part, mais aussi le drainage en hiver d'autre part.
    Les pots en terre cuite présentent le défaut de capter les sels minéraux de l'eau d'arrosage qui se dépose en traces blanches sur la surface du pot.
    Ces sels font pourrir la tourbe du compost et risquent également d'entraîner la mort des plantes carnivores qui ne supportent pas cette concentration d'engrais et de calcaire.
    Veillez enfin à n'utiliser que des pots dont le fond est percé pour permettre l'arrosage par trempage.
    Ces derniers doivent être plus profond que larges. Sachez aussi qu'une profondeur effective de substrat de 25 à 30 cm est un minimum pour assurer une bonne croissance à vos plantes carnivores.
    Attention à ne pas négliger la largeur du contenant, car certains genre comme Sarracenia, Dionaea, forment des touffes qui doivent pouvoir s'étaler.
    Les carnivores épiphytes ainsi que tous les nepenthes gagnent enfin à être cultivés en suspension pour pouvoir développer facilement leurs urnes.
    Les pots carrés font une economie de place dans les bacs de reserve d'eau.


     

    Le rempotage

    Il n'y a pas d'urgence à rempoter tous les ans, sauf dans deux circonstances ; lorsque les racines de votre plante s'échappent par les trous de drainage lorsque vous arrosez avec de l'eau chlorée et/ou calcaire du robinet.
    Ne pas hésiter à rempoter les Sarracenias lorsque leurs urnes apparaissent fines et effilées.
    Une plante carnivore peut alors demeurer dans son substrat deux, trois, voire quatre ans et d'autant plus dans un grand pot et arrosée avec une bonne eau de pluie.
    Seule la Sarracenia exige d'être rempoter tout les deux ans.
    La meilleur période pour rempoter est le printemps, lors des premiers signes de reprise de végétation, généralement en mars ou avril, vous en profiterais pour diviser les pieds si vous le désirez.
    Evitez le plein soleil à toute carnivore fraîchement rempotée durant au moins un mois.
    Le Nepenthes, plante tropicale, préfère cependant la période de températures croissantes, c'est-à-dire au coeur du printemps.

     

    Préparer la plante avant l'hiver

    Les feuilles-pièges des plantes carnivores sèchent avant l'hiver.
    Il vaut mieux les supprimer pour éviter qu'elles ne servent de repère à des maladies.
    Pour les tourbière extérieures, par contre, vous avez tout interêt à conserver ce feuillage sec qui protègera la souche des rigueurs du froid.
    Vous pourrez le supprimer alors à la reprise de végétation au printemps.
    Au printemps justement, dès les premiers signes de reprise de végétation, suprimez les feuilles, pièges et autres parties de la plante carnivore qui ont séché ou se sont abîmés pendant la periode hivernale.
    Quand au Nepenthes, s'il ne s'agit pas de les nettoyer, il faut pincer la tige principale, souvent vigoureuse, pour favoriser le départ de nouvelles tiges depuis la base, et donc multiplier le nombre d'urnes potentielles.

     

    Maladies et parasites

     

    Cette fiche est consacrée aux maladies qui touchent les plantes carnivores. Même avec de très bonnes conditions de culture, une maladie peut apparaître.

    Sachez que pour éviter le maximum de maladies cryptogamiques (= maladies dues à des champignons), il faut essayer de ne pas confiner vos plantes carnivores. Essayez de les placer à l'extérieur pendant les belles journées d'été ou au printemps.



    Les points à détecter :



    Taille du pot

    Il faut toujours un pot plus grand que la plante, pour le développement des racines. Toujours rempoter votre plante dès l'achat.


    Croissance ralentie

    Manque de lumière et/ou pot trop petit.


    Malformations

    Ceci est dû à des attaques de pucerons.

    Traitement : Utilisation d'un insecticide


    Décoloration de la plante

    Manque de lumière et/ou excès d'engrais et/ou substrat trop riche en sels minéraux.


    Profusion de mousse

    Il s'agit d'un phénomène normal. Cependant, si la quantité de mousse devient importante il est préférable de rempoter la plante.


    Traces blanches sur le substrat

    L'observation de "cailloux" blancs ou orange de quelques millimètres, à la surface du substrat, est le symptôme le plus classique d'une mauvaise qualité de l'eau d'arrosage (trop de sels minéraux). Solution : Prendre de l'eau de pluie.




    Les maladies cryptogamiques :



    Les botrytis

    Sévissant en toutes saisons, ils peuvent attaquer toutes les parties aériennes. Ces dernières se couvrent d'un duvet gris par forte humidité, ou de petits corps noirs et durs en ambiance sèche.

    Traitement : Très difficile de stopper totalement ! Au printemps et à l'automne, vaporisez les fongicides sur le feuillage.



    La fumagine

    Dépôt noir sur les feuilles et les tiges. Ils apparaissent sur les matières sucrées de la plante (nectar ...) ou le plus souvent excrétées par les insectes piqueurs. Cette maladie peu grave a pour seul effet de limiter la fonction chlorophyllienne des feuilles.

    Traitement : Avec un coton humide ...



    L'oïdium

    L'apparition de taches blanches est un des principaux symptômes. Les genres Cephalotus, Darlingtonia, Utricularia sont très souvent contaminés.

    Traitement : Utilisation en vaporisation sur le feuillage à base de bupirimate.



    Le phytophthora et le pythium

    Les parties supérieures de la plante pourrissent, et celle-ci se ramollit et se dessèche rapidement.

    Traitement : Utilisation d'un fongicide à base de fosetyl.

    2 commentaires